Logo
Corinne Dussouchet

Une invitation à se mettre à nu

 

Une invitation à se mettre à nu

Posted by Corinne in coaching, Inspirations, Pleine conscience 25 Fév 2018

Et pourquoi apprendre à se mettre à nu est extrêmement riche… et féminin !

 

 

Les années de pratique derrière moi m’ont appris à me mettre à nu… dans ma pratique spirituelle et à aimer çà ! Ce qui était aride pour moi au début est devenu riche et prospère au fil des années. Grâce à ma persévérance et ma curiosité, même au travers de l’incertitude.

 

Méditer est en soi une mise à nu. Une invitation à se dénuder de toutes stimulations, divertissements, interactions pour se mettre à l’écoute. Écouter la vie en nous se manifester telle qu’elle est. Observer inévitablement les voiles érigés entre notre esprit et notre cœur, reconnaître les stratégies par lesquelles on bloque l’amour dans nos interactions et nos expériences. Pour mieux les déconstruire.

C’est tout un exercice, voire un art, de pratiquer cette mise à nu.

 

Ce chemin se fait en spirale, se mettre à nu ne veut pas dire que tout va être dévoilé d’un seul coup, qu’on va tout comprendre et que l’on n’a pas besoin d’y revenir. Il s’agit d’un processus de raffinement, avec beaucoup de délicatesse et de subtilité. Un processus en soi très féminin!

 

Se mettre à nu et se (re)connaître implique que l’on passe et on repasse par les même observations, comme une collecte d’informations qui fait grandir nos compréhensions et notre capacité d’aisance en toute circonstance.

 

C’est dans ce paradoxe que se mettre à nu peut nous enrichir.

Le professeur Abdi Assadi le dit bien, en nous appelant à faire preuve de courage pour saisir l’opportunité d’ôter les faux semblants. Si on se laisse la possibilité d’écouter et de regarder nos pensées, nos croyances, nos préjugés, nous aurons alors la possibilité de découvrir ce qui a besoin d’être transformé.

 

« Le mouvement vers la lumière ne suffit pas: nous devons faire briller la lumière dans les ténèbres profondes de notre inconscient et l’éclairer. La transformation de ce qui a été étouffé et refoulé en nous doit être intégré pour se libérer… Parfois, la prise de conscience autour d’une blessure est le plus loin que nous pouvons aller. Mais c’est bien plus remarquable que le somnambulisme face aux machinations invisibles de notre ego. Prenez ceci comme une invitation à approfondir votre pratique en devenant ami-e avec tout ce que vous tenez à distance dans votre psyché. »

 

Ma dernière retraite de méditation me l’a encore rappelé, la porte d’entrée pour aller au delà du contrôle de l’ego, au delà de nos schémas de pensée habituels, réside en 2 qualités principales (qui elles-mêmes se développent avec la pratique, tout est relié) :

 

  • – notre capacité à être souple, agile avec des formes pensées qui sont parfois installées dans notre esprit depuis si longtemps, qu’elles sont comme figées, rigides, nous sommes devenus tellement attachés/identifiés à elles. Apprendre à les voir comme un vieil ami duquel nous avons grandi et évolué différemment;
  • – entrer en amitié avec tout ce que peut révéler cette ‘nudité’, cette intimité avec nous-même. Apprendre à développer une observation attentive, douce et sans jugement de chaque situation.

 

En entrainant le muscle de notre attention, l’habitude de s’observer encore et encore, cela rend ces rencontres intérieures plus fluides. Pas forcément plus faciles, mais c’est comme apprendre à connaître un ami plus intimement, il y a une reconnaissance douce qui s’installe. Et qui permet d’affronter les moments difficiles et de les traverser ensemble lorsqu’ils se présentent.

 

Pour être capable de voir clairement, la pratique nous assiste (et on a besoin d’assistance pour pratiquer :-)). Voilà pourquoi je vous partage régulièrement différentes pratiques qui peuvent vous accompagner.

 

Visiter aussi mes videos (sur ma chaine Youtube ou ma page Facebook), ainsi que le nouveau Guide Gratuit que je viens de mettre en ligne sur mon site web !

 

Post a comment